Jean-François Batellier
Auteur-Dessinateur-Editeur JFBatellier & Lecteurs Associés
Né à Paris en 1947. Après une jeunesse palpitante à Asnières-sur-seine, lycéen bouffon et bac philo avec mention, il entre à Sciences-Pô Paris ; soixante-huitard dès 1967 (adhésion au PSU), il y perfectionne ses talents de gribouilleur de marges pour ne pas s’assoupir sur l’épaule de futur(e)s ministres pendant les cours de Raymond Barre. De mai 68 à l’obtention d’un parchemin en 70, il décore les murs de
l’Institut de dessins politico-rigolos, égaye les textes de Michel Rocard. JFB, militant décalé de la presse politique et estudiantine d’alors..
JF BATELLIER, LE BATELEUR
En janvier 1971, à choisir entre l’ENA et l’humour, il enfourche sa mobylette pour aller déployer les ailes grinçantes de son journal mural itinérant et autogéré en direction des facs de la région parisienne, l’achat de reproductions de ses dessins par les étudiants et enseignants lui assurant sa pitance: succès immédiat. Une 404 d’occase en 1972, les facs de province et d’autres horizons sociaux sont atteints, MJC, fêtes politiques et syndicales, comités d’entreprises …En 1974, il expose dans les rues du Quartier Latin, place Mouffetard, bd St Michel et au
festival d’Avignon ; pionnier du squat’ culturel, il inaugure le parvis de Beaubourg en 1977 puis visite, en compagnie de Mouna, son xème commissariat. Avec ses 3 premiers albums, JFB participe à tous les premiers Festivals BD et Salons du Livre qui éclosent alors :Angoulême, Brive, St-Malo, Nancy, St Etienne, Limoges, Paris…40 ans plus tard, une douzaine de départements manquent à son palmarès
et des centaines de milliers de spectateurs, dont des dizaines de milliers d’heureux propriétaires de ses albums, peuvent en témoigner. Un parcours unique et difficile ; plus connu de la France de partout que du Tout-Paris : une renommée sans trompettes et jamais vu à la TV, un exploit rigoureusement… involontaire !
JF BATELLIER, DESSINATEUR DE PRESSE
C’est dans Politique-Hebdo en 72, et Pilote en 73, que Gébé puis René Goscinny publient ses premiers dessins rémunérés. Pour ne citer que les titres les plus connus, suivent des piges dans le Canard Enchaîné, Libération, La Gueule Ouverte, Hara-Kiri, l’Humanité-Dimanche, l’Unité ; des affiches aussi, pour les Verts, la CFDT, le P. S. etc.… Dans les années « 80-90 » : les Nouvelles littéraires puis l’Evénement du Jeudi (avec Jean-françois Kahn), Paroles et Musique, Le Matin de Paris (en 85-86 avec Max Gallo), Le Figaro (« Opinions » avec Franz-Olivier Giesbert), Le Monde («Trait Libre » avec Bruno Frappat, 89-95), Impact-Médecin Quotidien, Vendredi (l’hebdo du PS)Le Républicain de l’Essonne, Courrier- Cadres, Horizons Politiques. On vous épargne la longue liste des titres militants,
associatifs, caritatifs, syndicaux, professionnels, municipaux, confidentiels ou alimentaires (journaux d’entreprises etc..), l’ordinaire d’une carrière en dents de scie d’un routard-pigiste qui s’est poursuivi notamment dans la page « Enquêtes » du quotidien Les Echos (95-2005) .
Problème : 80 % de ces publications ou rubriques n’existent plus ! Des médailles : Grand Prix de la Presse au Premier Festival International Du Dessin Politique de Bruxelles (1986) et Prix du Public au Festival de la Caricature Politique d’Epinal (1987). Des dessins publiés dans une douzaine de pays, des originaux vendus au Musée d’Histoire Contemporaine de Paris (BDIC) et de Berlin, participation à
de nombreuses expositions dont trois au Centre Pompidou.
JF BATELLIER EDITE ET EDITEUR
Au moins 400 dessins ont retenu l’attention de nombreux éditeurs, en particulier pour des manuels scolaires ;on peut citer Larousse, Bordas, Hatier, Belin, Hachette, Magnard, Nathan, Bertrand-Lacoste, Le Seuil, La Documentation Française, Dalloz, L’Insee, etc..
Deux d’entre eux ont servi de sujet du baccalauréat !
 
5, rue du Montcel – Atelier 13
95430 Auvers-sur-Oise / France
Tel. : + 33 / 01 30 36 15 36
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 
 
 
ABOZEKRY TRIO
En concert le 16 mars
Camille Corot
au musée Daubigny
Hervé Sellin Quartet
En concert le 13 avril
Imagination et lumière - Hommage à Corot
Galerie d'art municipale
HIMIKO
En concert le 18 mai

Informations municipales

Conservatoire de musique

 
Nouvelle salle Daubigny
Manoir des colombières